• La Belle Infidèle, ou les Amours de Miranda et du prince Tarquin, par Aphra Behn (tr. Bernard Dhuicq)

Ce récit dénonçant les excès d'une dominatrice sans scrupules est un modèle d'expression baroque par son enflure, par sa boursouflure et par sa véhémence.

Pour le traduire, Bernard Dhuicq déploie une langue riche mais sans ostentation. Comme toutes ses traductions d’'Aphra Behn, celle-ci est servie par sa connaissance parfaite du XVIIe siècle anglais et européen.

Dans les oeœuvres où Aphra Behn dénonce les travers d'un monde dominé par les hommes, elle condamne sans équivoque la violence qu'’y exercent ces derniers. Mais ici, c'est principalement une femme qui commet des actes de violence ou qui pousse les hommes à en commettre.

Miranda est une beauté, une femme passionnée et avide d'’argent, une coquette vaine et futile qui ne cherche qu'à asservir ses amants et à assouvir sa cupidité.

Elle détruit un jeune homme qui lui résiste en l'’accusant faussement d’'avoir cherché à la violer.

Elle envoie à l'’échafaud un page qu’'elle a chargé secrètement d'’assassiner sa soeur cadette, dont elle convoite la part d'’héritage.

Elle pousse au crime son mari imposteur, le faux prince Tarquin, avec qui elle forme un couple maudit. Fou d'’elle, ayant oublié toute raison et tout discernement, il n’'échappe à la décapitation que grâce à la maladresse du bourreau.

Donnez votre avis

Attention : le HTML n’est pas transcrit !
    Mauvais           Bon

La Belle Infidèle, ou les Amours de Miranda et du prince Tarquin, par Aphra Behn (tr. Bernard Dhuicq)

  • Fabricant : En Face
  • Référence : 978-2-35246-039-8
  • Disponibilité : Disponible
  • 9,50€

  • Prix hors taxes : 9,00€

Mots-clefs : Aphra Behn